Le bénévolat Nice Alpes-Maritimes

Qu’ils soient engagés dans une association, auprès de leur mairie, de leur paroisse ou encore de leur centre sportif, près de 12 millions de français exercent une activité en tant que bénévole.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
C.L.A.I.E
(049) 207-1922
7 bd Auguste Raynaud
Nice, Alpes-Maritimes
 
Casin
(049) 376-0032
55 rue Clément Roassal
Nice, Alpes-Maritimes
 
Cabinet De Consultation Domenichini-Grat
(049) 382-3887
39 rue Gioffredo
Nice, Alpes-Maritimes
 
Centre Régional d'Information et de Prévention du Sida (C.R.I.P.S)
(049) 214-4120
6 rue Suisse
Nice, Alpes-Maritimes
 
Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement
(049) 708-1708
29 bd Franck Pilatte
Nice, Alpes-Maritimes
 
COORDINATION ARGIL 06
(049) 304-3223
58 bd Louis Braille
Nice, Alpes-Maritimes
 
Croix Rouge Française
(049) 398-9595
14 rue Parmentier
Nice, Alpes-Maritimes
 
CCFD- Terre solidaire
(049) 708-1708
29 bd Franck Pilatte
Nice, Alpes-Maritimes
 
Civilization Internationale
(049) 356-7200
2 rue Masse
Nice, Alpes-Maritimes
 
CO.D.E.S
(049) 318-8078
61 rte Grenoble
Nice, Alpes-Maritimes
 

Le bénévolat

Le Bénévolat pourquoi pas vous ?

Qu’est-ce que c’est ?

En France, il n’existe pas de définition légale ou conventionnelle pour le bénévolat. C’est une activité libre qui n’est encadrée par aucun statut. Il n’y a pas non plus de règle en ce qui concerne la durée et la fréquence du travail effectué dans ce cadre. Il existe néanmoins une définition établie par le conseil économique et social : « est bénévole toute personne qui s’engage librement pour mener une action non salariée en direction d’autrui, en dehors de son temps professionnel et familial. »

La motivation numéro 1 des bénévoles est le désir de se rendre utile et d’agir dans la société. Qu’ils s’occupent d’actions humanitaires, de campagnes de sensibilisation dans les prisons ou encore de projets liés au développement durable, la majeure partie d’entre eux exerce son activité au sein d’associations. 80 % de ces dernières sont en effet gérées et animées par des seuls bénévoles.

Comment ça marche ?

Etre bénévole c’est un engagement. Vous participez à l’activité d’un organisme sans en percevoir aucune rémunération ou compensation, excepté le remboursement d’éventuels frais. De plus, aucun contrat à proprement parlé ne régule la durée et la fréquence de vos prestations au sein de la structure dans laquelle vous avez décidé de vous investir. En revanche, dans certains cas on peut vous proposer de signer une convention d’engagement réciproque ou une charte de bénévolat. L’avantage de ce principe est qu’il vous permet généralement de pouvoir bénéficier d’une couverture sociale (assurance responsabilité civile).

Si vous pensez que bénévolat et activité salariée ne sont pas compatibles, détrompez-vous. Même si le volume horaire d’investissement des bénévoles tourne en moyenne autour de 4 heures par semaine, il est tout à fait possible de s’investir en ne donnant qu’une heure et demi de son temps. De plus, certains congés spéciaux existent en faveur des salariés qui souhaiteraient exercer une activité bénévole :
Le congé cadre jeunesse est destiné aux jeunes de moins de 25 ans issus des secteurs public ou privé, et qui voudraient se former comme cadres ou animateurs des organisations de jeunesse et d’éducation populaire, sportive et de plein air. Il s’agit de 6 jours ouvrables par an qui ne peuvent être refusés par l’employeur.

Autre congé, celui de représentation, destiné quant à lui à favoriser la participation des bénévoles salariés à des réunions pendant leurs heures de travail. Ce sont cette fois-ci 9 jours ouvrables, fractionnables en demi-journées, qui sont accordés à l’intéressé. A noter que l’absence due à ce congé est assimilée à une période de travail effectif et ne peut être imputée sur la durée des congés payés. A noter que si l’employeur décide de ne pas maintenir le salaire du bénéficiaire de ce congé, l’Etat ou la collectivité territoriale lui versera une indemnité qui compensera, selon les cas, totalement ou partiellement la perte subie.

R. J.

Lire d'autres articles sur le site de L4M